Categories

Accueil > Publications, Médias et conférences > Revue de presse > Braquage à moto dans une galerie commerciale : deux Bordelais placés en garde (...)

Braquage à moto dans une galerie commerciale : deux Bordelais placés en garde à vue

En revanche, lors de sa garde à vue, les policiers ont découvert qu’il faisait l’objet d’une fiche de recherches émise par la Direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Bordeaux dans le cadre de l’affaire du braquage commis le 2 août dernier au préjudice du kiosque à bijoux La Vie en or, situé dans la galerie marchande de l’hypermarché d’Auchan-Lac.

Il ne faisait pas partie des malfaiteurs qui sont passés à l’action et ont été interpellés peu de temps après mais il est considéré comme complice par aide et assistance.

Actuellement en garde à vue dans les locaux de la brigade de répression du banditisme (BRB) de la police judiciaire, il devrait être présenté au cours des prochaines heures devant le juge d’instruction en charge du dossier.

Braquage à moto dans une galerie commerciale : deux Bordelais placés en garde à vue
Jeudi, deux hommes ont surgi à moto, casqués et armés dans un magasin de la galerie commerciale de Bordeaux Lac

« Chers clients, la bijouterie est exceptionnellement fermée, merci de votre compréhension. » Vendredi, un rideau métallique du kiosque à bijoux La Vie en or, situé à l’entrée de l’hypermarché d’Auchan-Lac à Bordeaux est resté baissé. L’autre ouverture, barrée par un tissu bleu nuit, masquait à peine le va-et-vient des vendeuses pour reconstituer les vitrines et effacer toute trace… d’un braquage.http://memorix.sdv.fr/0/default/empty.gif

Vers 21 h 40, jeudi, deux individus ont pénétré à moto dans la galerie commerciale par la porte de Blaye, côté jardinerie. Roulant dans une allée, casqués et armés d’un fusil à pompe, ils se sont dirigés directement vers la bijouterie du magasin. Pendant que le pilote restait au guidon, l’autre a braqué son arme sur une employée qui s’est accroupie immédiatement.

Quand elle s’est relevée, elle a vu un des malfaiteurs s’attaquer à la vitrine donnant sur l’entrée à coup de crosse, puis à l’aide d’un marteau. Elle venait juste de se baisser à nouveau quand le verre protégeant les bijoux a explosé. Le braqueur s’est alors saisi des bagues, bracelets et colliers en exposition sur le présentoir.

« Des cris, des bruits »

« Avec ma compagne, nous étions partis acheter de la nourriture pour chat », témoigne Maxime, qui a assisté au braquage. « Nous avons fait un tour par le rayon téléviseurs. Tout à coup, nous avons entendu des cris, un vrombissement, des bruits qui faisaient penser à des coups de feu. On s’est planqués comme on a pu, en se cachant derrière les rayons. En relevant la tête, j’ai aperçu deux motards avec des cagoules. Puis quelqu’un de la sécurité nous a dit de sortir par la jardinerie. On se pense en sécurité dans un supermarché, quand deux abrutis surgissent en faisant n’importe quoi. »

« Il y a eu comme un mouvement de foule », révèle une caissière. « Les vigiles n’ont pas pu empêcher les motards de passer. Ils ont juste eu le temps de dire aux clients de fuir ou de se coucher. On a été attaqué », résume-t-elle, encore sous le choc et solidaire de l’employée braquée par l’arme d’épaule.

Leur forfait accompli, les motards ont pris la fuite vers le pont d’Aquitaine. L’alerte a été donnée. Bien que de nombreux policiers soient mobilisés sur le festival Reggae Sun Ska, sur le campus universitaire, plusieurs patrouilles ont convergé sur les lieux du braquage. Jalonnant la rocade, se positionnant judicieusement aux sorties.

Des policiers de la brigade de surveillance du territoire de Cenon ont ainsi pu suivre de près la moto, volée peu de temps auparavant. À Lormont, un des motards tentait de la cacher dans un box quand il a été interpellé. Son comparse a été appréhendé, après avoir changé de tenue, alors qu’il sortait nonchalamment… du collège Montaigne.

L’arme, les casques et le butin ont été retrouvés. Les deux braqueurs, deux jeunes Bordelais de 18 et 20 ans, déjà connus des services de justice, ont été placés en garde à vue. C’est la brigade de répression du banditisme de la direction interrégionale de la police judiciaire qui a été saisie du dossier