Categories

Accueil > Publications, Médias et conférences > Revue de presse > Cannes. Les commerces de luxe en mode anti-vols

Cannes. Les commerces de luxe en mode anti-vols

Depuis une série noire de vols de bijoux, en 2013, les commerces de luxe, à l’approche du festival de Cannes, s’arment de conseils auprès de la police. D’autant que leur vulnérabilité a été mise en lumière par un fracassant hold-up à 17,5 millions d’euros, juste à la veille de l’édition 2015.

La célèbre « Croisette », alignement ostentatoire de 70 marques de luxe de joaillerie, maroquinerie et vêtements, côte à côte sur 800 mètres face à la mer, ne draine pas que les congressistes et touristes fortunés. Elle attire aussi les cambrioleurs de haut vol, particulièrement craints à l’approche du Festival de Cannes qui doit s’ouvrir demain. Un « Comité Cannes Sécurité Prestige »

L’édition 2013 avait défrayé la chronique, avec un collier de diamants du joaillier De Grisogono à deux millions d’euros, évaporé lors d’une soirée au Cap d’Antibes et une parure Chopard, estimée à un million, dérobée dans un coffre d’hôtel cannois. Plus récemment, la boutique Cartier, qui avait déjà subi un casse en 2009 (15 millions d’euros de butin), a été attaquée le 5 mai, cette fois-ci délestée de 17,5 millions d’euros de bijoux. Pour lutter contre ce « préjudice en termes d’image » pour la ville mais aussi le pour le Festival, selon le préfet des Alpes-Maritimes, Adolphe Colrat, un « Comité Cannes Sécurité Prestige » a été créé, à l’été 2013, entre les commerçants, les autorités de police et la ville afin d’améliorer la sécurité des enseignes de luxe. « Au début, le rapport entre la police et les propriétaires de boutiques de luxe n’était pas évident », admet le bijoutier Jean-Pierre Venou, président du comité, mais le rapprochement « porte ses fruits ». Hôtels à risques Des « conseils de sécurité » ont ainsi été envoyés à 159 établissements de luxe.

La majorité a demandé une visite consultative gratuite et 46 audits de sécurité complets ont été réalisés. Selon le commandant de police Dominique Baujard, chargé des visites, « les bijouteries sont très équipées en matière de sécurité à la demande des compagnies d’assurances ». Le maroquinier Lancel, devant le Palais des festivals, s’est ainsi équipé de caméras. Mais les autres commerces de luxe rechignent parfois à investir. La police est également aujourd’hui mieux informée des événements à risques organisés dans les six hôtels cinq étoiles de Cannes, à la suite d’un accord en décembre avec ces établissements. Ceux-ci doivent désormais indiquer la valeur des biens exposés et exiger des exposants un transport en fourgons blindés au-delà de 100.000 euros. Le vol du siècle À l’origine de cet accord, un électrochoc qui remonte à juillet 2013 : un voleur s’était introduit dans une exposition-vente du joaillier israélien Leviev à l’hôtel Carlton.

L’homme était reparti tranquillement avec des bijoux incrustés de diamants valant 103 millions. Le plus important vol de bijoux et diamants dans le monde depuis 2003 ! À la veille du 68e Festival, un décret, publié fin avril, permet désormais de placer des caméras à l’extérieur des magasins. Le préfet autorise aussi, à la demande, le gardiennage sur la voie publique par des agents de sécurité non armés. Pas de miracle à attendre, toutefois, de l’ensemble de ces dispositifs. Comme le rappelle lui-même le maire de Cannes, David Lisnard, défenseur des commerces de luxe, « il n’y a pas de risque zéro ».

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/france/cannes-les-commerces-de-luxe-en-mode-anti-vols-12-05-2015-10624974.php